Réseau international de systèmes d'alerte précoce multirisques

Malgré des progrès significatifs dans le renforcement des systèmes d'alerte précoce dans le monde entier, souvent en utilisant les avancées scientifiques et technologiques, des besoins non satisfaits subsistent. Les catastrophes augmentent en fréquence et en gravité dans la plupart des régions, le changement et la variabilité climatiques aggravant la situation. Des nombreux pays en développement, en particulier les pays les moins avancés (PMA), les petits États insulaires en développement (PEID) et les pays en développement sans littoral (PDSL), n'ont pas bénéficié autant qu'ils auraient pu le faire des progrès scientifiques, technologiques et de gouvernance qui sous-tendent les systèmes d'alerte précoce. Des lacunes importantes subsistent, notamment en ce qui concerne l'accès au "dernier kilomètre" (les populations les plus isolées et les plus vulnérables au niveau communautaire), avec des informations d'alerte opportunes, compréhensibles et exploitables, y compris le manque de capacités à utiliser ces informations. Les avantages sociétaux des systèmes d'alerte précoce qui en résultent ont donc été répartis de manière inégale entre les régions, les pays et les communautés.

Le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) et le Secrétariat de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), ainsi que d'autres agences internationales et nationales telles que l'UNOOSA par le biais de son programme ONU-SPIDER, ont créé le Réseau international pour les systèmes d'alerte précoce multirisques (IN-MHEWS), qui constitue l'un des principaux résultats de la session sur l'alerte précoce de la troisième Conférence mondiale des Nations unies sur la réduction des risques de catastrophe (CMPC) à Sendai, au Japon, en 2015. Ce partenariat multipartite facilitera le partage d'expertise et de bonnes pratiques sur le renforcement des systèmes d'alerte précoce multirisques en tant que composante intégrale des stratégies nationales de réduction des risques de catastrophe, d'adaptation au changement climatique et de renforcement de la résilience. Ce faisant, il soutient la mise en œuvre du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, en particulier la réalisation de son objectif mondial G sur les systèmes d'alerte précoce multirisque, et le Plan d'action des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe pour la résilience.

La deuxième conférence sur les systèmes d'alerte précoce multirisques (MHEWC)

Afin de contribuer tout particulièrement à la réalisation de la cible (g) du Cadre de Sendai, plusieurs organisations internationales et régionales ainsi que des institutions nationales jouant un rôle clé dans l'alerte précoce ont uni leurs forces et ont créé le Réseau international pour les systèmes d'alerte précoce multirisques (IN-MHEWS) lors de la CMPC en mars 2015. Le IN-MHEWS vise à faciliter le partage de l'expertise et des bonnes pratiques en matière de systèmes d'alerte précoce multirisques en tant que stratégie nationale pour la réduction des risques de catastrophe, l'adaptation au changement climatique et le renforcement de la résilience. En outre, il vise à guider et à préconiser la mise en œuvre et/ou l'amélioration des systèmes d'alerte précoce multirisque, à partager les enseignements tirés en matière d'alerte précoce et à accroître l'efficacité des investissements dans ces systèmes pour renforcer la résilience de la société.

Pour poursuivre ses efforts de sensibilisation, IN-MHEWS a organisé la deuxième conférence sur l'alerte précoce multirisque (MHEWC-II) les 13 et 14 mai 2019, en prélude à la sixième session de la Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe (GP2019), qui s'est tenue du 15 au 17 mai à Genève, en Suisse. Le MHEWC-II s'est tenu au siège de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) à Genève et a été aligné sur les principes directeurs de la GP2019, en s'appuyant sur la dynamique créée par la "Première conférence sur les alertes précoces multirisques (MHEWC-I) : Sauver des vies, réduire les pertes" en 2017.

Dans le cadre de ses activités, IN-MHEWS a organisé le MHEWC-I en prélude à la cinquième session de la Plateforme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe en 2017 (GP2017). Cette conférence, qui s'est tenue à Cancún, au Mexique, les 22 et 23 mai 2017, a rassemblé plus de 450 experts et parties prenantes pour faire le point sur les récentes avancées en matière de systèmes d'alerte précoce multirisques. Le principal résultat est la publication "Systèmes d'alerte précoce multirisque : Une liste de contrôle" (en anglais).
 
Participants de la deuxième conférence sur l'alerte précoce multirisque (MHEWC-II). Image : OMM.

Précédentes conférences sur l'alerte précoce

En 1998, 2003 et 2006, trois conférences internationales sur l'alerte précoce ont eu lieu (outre les autres conférences et symposiums sur l'alerte précoce, spécifiques aux dangers et aux régions). Le ministère fédéral allemand des affaires étrangères a organisé la première conférence internationale sur l'alerte précoce (EWC '98) à Potsdam, en Allemagne, en collaboration avec le centre Helmholtz de Potsdam GFZ, le centre allemand de recherche en géosciences. Cette conférence a permis de faire le point sur les systèmes et structures existants dans les domaines de l'alerte précoce et de la prévention des catastrophes, en mettant l'accent sur la recherche et la science. La deuxième conférence internationale sur l'alerte précoce (EWC-II), qui s'est tenue à Bonn, en Allemagne, en 2003, s'est concentrée sur l'intégration de l'alerte précoce dans la politique et la prise de décision et a démontré l'importance d'un échange régulier et intensif entre la science et la politique pour une alerte précoce efficace. Les principaux objectifs de la troisième conférence internationale sur l'alerte précoce (EWC-III) à Bonn, en Allemagne, en 2006, étaient de présenter des projets novateurs d'alerte précoce en vue d'un éventuel soutien financier et de leur mise en œuvre, d'identifier le potentiel inutilisé en matière d'alerte précoce et de faciliter un débat scientifique multidisciplinaire sur les pratiques et les recherches les plus récentes. L'EWC-III était centré sur le thème "du concept à l'action" et était une initiative du gouvernement allemand en réponse au tsunami dévastateur de l'océan Indien en décembre 2004 pour souligner le besoin urgent de développer des systèmes d'alerte précoce dans le monde entier. Les délégués à la conférence ont reçu les principales recommandations de l'enquête mondiale sur les systèmes d'alerte précoce, un rapport demandé par le secrétaire général des Nations unies de l'époque, Kofi Annan. Cette étude soulignait l'importance de combler les lacunes et d'améliorer les capacités d'alerte rapide dans le monde entier, en mettant l'accent sur les systèmes centrés sur les personnes. L'un des principaux résultats de l'EWC-III a été la publication intitulée "Systèmes d'alerte précoce multirisque : Une liste de contrôle" (en anglais).

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.